Nos bêtes qui ont sauvé nos vies – les animaux éprouvent de l’empathie

Les animaux éprouvent de l’empathie. Tout propriétaire d’animaux le savait déjà, mais une scientifique vient maintenant le prouver : http://www.cyberpresse.ca/sciences/201112/09/01-4476367-les-rats-ne-sont-pas-des-rats.php

Je suis tombée sur le livre « Nos bêtes qui ont sauvé nos vies », un livre des années quatre-vingt qui relatent des histoires réelles dans lesquelles des animaux ont accompli des gestes héroïques. Ces histoires sont toutes des belles démonstrations d’empathie, l’animal mettant de côté sa sécurité et sa santé pour sauver un de ses proches.

Ce livre n’est pas de la grande littérature, mais sa lecture peut être agréable, le contenu de ces histoires nourrissant l’amour que tout amoureux des animaux peut ressentir envers les bêtes. Les histoires sont courtes, un maximum de cinq pages, et on découvre plus d’une cinquantaine d’héros à quatre pattes pendant la lecture.

On rencontre par exemple Shade, un matou au pédigrée douteux qui passait ses journées fidèlement sur les genoux de sa propriétaire âgée, bien au chaud sous la couette. Un jour, un intrus défonce la porte de la maison, probablement pour voler. Il ne se contente cependant pas de voler quelques bijoux; il se met à secouer violemment la dame âgée. Shade sort alors de sous la couette et saute au visage de l’agresseur. Il le blesse au cou et au visage, et l’intrus l’arrache difficilement. Aussitôt lancé au sol, le chat réattaque. Ce manège se répètera trois fois, jusqu’à ce que l’agresseur blessé décide finalement de prendre la fuite. La bravoure de Shade a sauvé la vie de sa maîtresse!

Il y a aussi l’histoire de Lassie, le chien d’un jeune enfant qui a averti les parents du garçon quand celui-ci a été victime d’une hémorragie soudaine aux suites d’une opération aux amygdales. Le garçon serait mort dix minutes plus tard si Lassie n’était pas intervenue. Il y a aussi celle de Leo, un caniche, qui a volé à la défense d’un enfant qui se faisait attaquer par un serpent à sonnettes. Le chien s’est jeté entre l’enfant et le serpent, de sorte que c’est son cou qui a reçu les crocs venimeux du reptile plutôt que le visage de l’enfant. Il a ensuite utilisé toute l’énergie qui lui restait avant que le venin le paralyse pour attaquer le serpent, ce qui a fait en sorte qu’il a été mordu de nouveau à plusieurs reprises à la tête. Il a survécu, et l’enfant aussi, grâce à lui!

Incroyable, n’est-ce pas?

 

Partager