Ces chiens trop indépendants

Le chien est le meilleur ami de l’homme. Oui, c’est vrai, mais l’homme n’est pas le meilleur ami de tous les chiens! On s’imagine tous un chien attentif qui recherche notre attention et tente de nous plaire par tous les moyens quand on adopte un chien, mais on peut rapidement être déçus si on s’attend que cette relation soit complètement naturelle, qu’elle n’exige aucun travail.

Une bonne relation, ça s’entretient!

Pour certaines races de chiens, il est vrai que l’interaction avec l’homme est plus naturelle. Les retrievers, par exemple, ont été reproduits pendant des siècles pour accomplir un certain travail pour l’homme, pour attendre et suivre ses directives. D’autres races, prenons les terriers, ont cependant été sélectionnées pour tuer la vermine de façon tout à fait autonome. Ils sont donc habitués de réfléchir par eux-mêmes, de résoudre des problèmes, et ils ne sont pas portés à se tourner vers l’homme pour « se faire dire quoi faire ».

C’est ce qui explique que certaines races soient plus faciles à entraîner que d’autres. Cela n’a absolument rien à voir avec l’intelligence : des races attendent les consignes de l’homme alors que d’autres se débrouillent.

Comment arrive-t-on à entraîner un chien qui préfère réfléchir par lui-même? En le faisant réfléchir, justement! Ces chiens n’aiment pas qu’on leur impose des comportements, ils préfèrent se creuser les méninges! L’entraînement au clicker leur convient donc très bien (et ainsi qu’à toutes les races): les séances d’entraînement deviennent des séances de jeux amusantes où ils peuvent se dépenser psychologiquement et physiquement en cherchant la bonne réponse, en apprenant le bon comportement à adopter.

Pour motiver ce genre de chiens à travailler, il est aussi important de leur faire comprendre que l’homme (vous!) est la clé vers toutes les ressources, vers toutes les choses qu’ils aiment de la vie. Si vous ne leur êtes jamais utiles, ils ne trouveront aucune motivation à travailler pour vous. Réalité dure à avaler, mais réalité avec laquelle certains maîtres doivent composer! Ne le prenez surtout pas personnel, vous êtes naturellement d’agréable compagnie, sympathique et intéressant; votre chien doit juste le découvrir… et comprendre que vous êtes l’indispensable personne dans sa vie qui peut lui offrir les choses qu’il adore :).

Si vous êtes bilingue, le livre de Jane Killion « When Pigs Fly : Training success with impossible dogs » est un « must-read ». En français, la sélection de livres est malheureusement plus réduite, mais certains livres tel que « Comme un chien » de Jean Lessard dressent un portrait intéressant sur la relation homme-chien, et ce qu’on peut faire pour bien la développer.

Bonne lecture!

 

Partager