La vue des chiens

La façon dont on interprète le monde qui nous entoure dépend de nos sens. Si l’on veut comprendre comment notre chien agit, il faut aussi comprendre la façon dont il perçoit le monde.

Les humains ont la vue comme sens principal, alors que les chiens ont l’odorat. Du coup, en tant qu’humain, on a la mentalité « il faut le voir pour le croire »; les chiens auraient plutôt besoin de « sentir pour le croire ». Nos souvenirs sont codés en images dans notre tête, tandis que les souvenirs des chiens sont codés en souvenirs olfactifs. Chez le chien, la zone du cerveau associée à la vision est assez petite, alors qu’elle occupe une région importante dans le cerveau de l’homme.

Cela ne veut pas dire que la vision du chien soit mauvaise : elle est seulement différente de la nôtre. Elle varie aussi énormément de race en race. Les chiens de chasse à vue ont par exemple une meilleure vision que les chiens de chasse à odorat. D’ailleurs, les chiens ont une meilleure vision à la noirceur et à la brunante que l’homme : leur pupille très large fait entrer beaucoup de lumière que leur cornée plus épaisse a la capacité de bien emmagasiner, de sorte que le cerveau du chien peut traiter une image nocturne plus clairement que celui de l’homme. La rétine du chien peut aussi réfléchir la lumière afin que celle-ci ait la chance d’être captée de nouveau par l’œil, et puis finalement interprétée par le cerveau. C’est d’ailleurs ce qui explique les yeux brillants des chiens lorsqu’un phare les éclaire la nuit.

Fait intéressant : beaucoup de chiens de type nordique n’ont pas cette capacité de réfléchir la lumière. Comme ils vivent pour la plupart dans un environnement où la neige se charge elle-même de réfléchir la lumière, la capacité de le faire n’est pas une caractéristique essentielle à leur survie, de sorte que ce petit défaut génétique a été conservé dans ces races.

La grosse pupille du chien lui permet de mieux voir les éléments éloignés, mais a pour conséquence de donner une apparence embrouillée à ceux qui sont près de lui. En général, les chiens discernent donc très mal les détails, et s’en tiennent plutôt aux formes pour interpréter le monde qui les entoure.

Ce que les chiens discernent particulièrement bien, c’est le mouvement. Alors qu’un chien peut ne pas voir un écureuil immobile à 4 pieds de son nez, il risque d’apercevoir ce même écureuil à plus de dix fois cette distance si celui-ci est en mouvement. C’est d’ailleurs pourquoi beaucoup de proies ont tendance à figer devant un prédateur, il s’agit d’un moyen de défense efficace pour passer inaperçu.

Le champ de vision des chiens varie lui aussi énormément selon la race du chien, mais est en général toujours plus large que celui de l’homme. Les chiens aux yeux très rapprochés comme les pékinois ont nécessairement un champ de vision moins large que les chiens au long nez qui ont les yeux sur le côté. Par exemple, les lévriers ont un champ de vision qui couvre un impressionnant rayon de près de 270 degrés.

Enfin, d’après les dernières études, tous les chiens discernent les mêmes couleurs. Contrairement à l’homme qui a trois cônes pour discerner les teintes d’orange, bleu et vert, les chiens ont seulement deux cônes qui discernent strictement des teintes de bleu et de jaune. Toute teinte de rouge, rose ou orangé leur est imperceptible. Bref, si vous voulez que votre chien voie la balle que vous lui lancez, choisissez-la jaune pour qu’elle se démarque bien du gazon et du ciel!

 

Partager